amusement

amusement [ amyzmɑ̃ ] n. m.
• 1500; de amuser
1Vx Perte de temps; manière d'amuser, de tromper. diversion, leurre, tromperie. L'espérance « n'est qu'un amusement inutile » (Bossuet).
2(XVIIe) Action de distraire, ou de se distraire agréablement. délassement, divertissement, récréation. Faire qqch. par amusement. Pour l'amusement des foules.

amusement nom masculin Action d'amuser, de s'amuser ; distraction, divertissement : Il a fait cela pour l'amusement des lecteurs. Sentiment de plaisir, de gaieté, éprouvé par celui qui s'amuse : Je l'écoutais avec beaucoup d'amusement.amusement (citations) nom masculin Georges Bataille Billom 1897-Paris 1962 L'amusement est le besoin le plus criant et, bien entendu, le plus terrifiant de la nature humaine. Documents Mercure de Franceamusement (synonymes) nom masculin Action d' amuser , de s'amuser ; distraction, divertissement
Synonymes :
- récréation
Sentiment de plaisir, de gaieté, éprouvé par celui qui s'amuse
Synonymes :
- agrément
- délices
Contraires :

amusement
n. m. Ce qui amuse. Les cartes sont pour lui un amusement. Syn. distraction, récréation.

⇒AMUSEMENT, subst. masc.
A.— Sens gén. Divertissement, agrément.
1. Passe-temps agréable, récréatif, occupant le corps ou l'esprit, et destiné à tromper l'ennui :
1. Je veux donner l'idée d'un divertissement innocent. Il y a si peu d'amusements qui ne soient pas coupables!
Ch. BAUDELAIRE, Petits poèmes en prose, Le Joujou du pauvre, 1867, p. 92.
2. ... son verdict (...) était que la distraction, que l'amusement, que la joie, pouvaient seuls influer sur cette maladie dont tout le côté spirituel échappait à la force chimique des remèdes...
J.-K. HUYSMANS, À rebours, 1884, pp. 283-284.
3. L'ingénuité de ses amusements, la puérilité de ses manières et la maladresse enfantine de ses gestes offraient un contraste attendrissant avec sa bonté qui semblait d'un âge plus mûr, tant elle montrait de force et de mâle constance.
A. FRANCE, Le Petit Pierre, 1918. p. 257.
Spéc. [En parlant des enfants] :
4. Je plaignais les enfants uniques; les amusements solitaires me semblaient fades : tout juste une manière de tuer le temps.
S. DE BEAUVOIR, Mémoires d'une jeune fille rangée, 1958, p. 45.
5. ... le jeu de l'enfant ne serait-il donc qu'un passage entre amusement et travail et comme un compromis entre les deux? Penser cela, ce serait faire une grave erreur, ce serait négliger des coupures très nettes entre le jeu d'une part et d'autre part soit l'amusement, soit le travail. Il n'est pas besoin de revenir sur la distinction que l'enfant fait lui-même, entre l'amusement (le playing des Anglais) et le jeu, le game : l'amusement ne vise que le plaisir, alors que le jeu vise plus haut, l'expression de la personne...
Jeux et sports, 1968, p. 53.
2. P. ext. Chose aisée à accomplir :
6. Le vieux Nur excellait à découvrir les figures de l'antiquité... Aussi ne fut-ce qu'un amusement pour lui de trouver Georges de Blanchelande.
A. FRANCE, Balthazar, 1889, p. 246.
3. Au plur.
a) Divertissements. Les amusements champêtres (légende d'un tableau de Watteau).
b) Spéc. [En parlant d'un inanimé concr.] Synon. frivolités, colifichets :
7. Aucune des recherches modernes ne manquait là. Quelques colifichets, amusements de la pauvre Vanda, prouvaient que cet amour paternel allait jusqu'au délire.
H. DE BALZAC, L'envers de l'histoire contemporaine, L'Initié, 1848, p. 404.
B.— Sens partic. à divers domaines.
1. Domaine affectif
a) Liaison amoureuse peu sérieuse et souvent éphémère :
8. Mon père (...) se permettait assez fréquemment des propos légers sur les liaisons d'amour; il les regardait comme des amusements, sinon permis, du moins excusables...
B. CONSTANT, Adolphe, 1816, p. 19.
b) Plaisir amoureux :
9. [Sérafine :] — Les maris, ça consent encore à ne pas avoir d'enfants, mais ça se dérange, dès que ça ne trouve pas d'amusement chez soi, et quand une femme ne peut plus, c'est le pire malheur qui puisse arriver dans un ménage.
É. ZOLA, Fécondité, 1899, p. 361.
P. méton. Objet du plaisir amoureux :
10. Non, Phœbus, non, je serai ta maîtresse, ton amusement, ton plaisir, quand tu voudras, une fille qui sera à toi, je ne suis faite que pour cela, souillée, méprisée, déshonorée, mais qu'importe! aimée.
V. HUGO, Notre-Dame de Paris, 1832, p. 346.
2. Domaine des sens :
11. L'attention est soutenue, dans les vers, par l'amusement de l'oreille. La prose n'a pas ce secours...
J. JOUBERT, Pensées, t. 1, 1824, p. 94.
12. Je crois surtout à l'avenir et au besoin universel de choses sérieuses; maintenant que l'amusement des yeux par des surprises enfantines fait sourire tout le monde au milieu même de ses grandes aventures, c'est, ce me semble, le temps du drame de la pensée.
A. DE VIGNY, Chatterton, 1835, p. 241.
13. Trois ans plus tard, (...) Duval publiait son sixième livre de sonates de violon, qu'il intitulait : amusemens pour la Chambre.
L. DE LA LAURENCIE, L'École française de violon, 1922, p. 106.
Rem. Syntagmes rencontrés a) Amusement + adj. : amusement agréable, bas, bénin, doux, enfantin, frivole, grand (antéposé), innocent, littéraire, modeste, musical, populaire, public, puéril, spirituel, vain, vil, vulgaire; b) Amusement + subst. : amusement de l'enfance, de jeunesse, de l'esprit, de société; c) Subst. + amusement : voyage d'amusement, voyage d'agrément (cf. P. DE BARANTE, Hist. des ducs de Bourgogne, t. 4, 1824, p. 391); d) Amusement + prép. : par amusement, avec amusement, au grand amusement de; e) Verbe + amusement : prendre de l'amusement, procurer de l'amusement; f) Amusement + verbe : c'est un amusement de, trouver de l'amusement à :
14. L'homme? mais comme collaborateur, il est charmant! demandez à Isabelle! c'est un perpétuel amusement de travailler avec lui!
Wanda. — Oui, je sais, vous vous êtes tous entichés de ce garçon! J'en suis encore à chercher pourquoi. Il m'a déplu, à moi, depuis le premier jour! J'ai horreur de ces petits coqs!
R. MARTIN DU GARD, Un Taciturne, 1932, II, 5, p. 1287.
C.— Vx et littér.
1. Ce qui distrait, éloigne des choses sérieuses, essentielles; perte de temps :
15. Je n'aime pas à savoir que vous avez souffert! Je me suis reproché d'être, à cette époque, en amusements pendant que vous étiez malade.
H. DE BALZAC, Lettres à l'étrangère, t. 1, 1850, p. 239.
16. ... je lisais au jardin, ce que ma grand'tante n'aurait pas compris que je fisse en dehors du dimanche, jour où il est défendu de s'occuper à rien de sérieux et où elle ne cousait pas (un jour de semaine, elle m'aurait dit « comment tu t'amuses encore à lire, ce n'est pourtant pas dimanche » en donnant au mot amusement le sens d'enfantillage et de perte de temps)...
M. PROUST, À la recherche du temps perdu, Du côté de chez Swann, 1913, p. 101.
2. Rare. Prétexte, leurre, promesse trompeuse :
17. Tout ce que vous me dites là n'est qu'un amusement.
Ac. 1835.
Rem. Commentaire de LAV. Diffic. 1846 : ,,L'Ac. dit que ce mot se prend dans le sens de promesses trompeuses. C'est une erreur (...) Il est vrai que le verbe amuser se prend en ce sens, et qu'on dit, vous voulez m'amuser par ces paroles, pour dire, vous voulez me tromper. Mais le substantif n'a pas toujours les même significations que le verbe d'où il est tiré.``
3. Moquerie légère :
18. Ce dernier mot « chance », prolongé et comme étiré par la voix merveilleuse, parut à Augustin, ce que sans doute il était, plein d'amusement, de moquerie légère, ou même aussi d'intérêt et de familiarité naissante, et peut-être encore de vagues choses ressemblant à des regrets sur elle-même.
J. MALÈGUE, Augustin ou le Maître est là, t. 1, 1933, p. 141.
Être l'amusement de qqn. Être l'objet de ses railleries (cf. amuser ex. 60, 61).
Rem. Synon. Amusailles, subst. fém. plur., néol., coll. à valeur péj. Amusements bas, vils divertissements : ,,toujours pour eux [les badauds] les amusailles et pour nous les ailles à payer.`` (M. DRUON, Le Lis et le lion, 1960, p. 246).
Prononc. ET ORTH. :[]. PASSY 1914 note une durée mi-longue pour la 2e syllabe du mot. Cette syllabe est longue ds FÉR. Crit. t. 1 1787 qui précise : ,,La 2e est longue et il convient de la marquer d'un accent circonflexe.`` À comparer avec FÉR. 1768 qui marquait la 2e syllabe brève.
Étymol. ET HIST. — 1. 1472 admusement « perte de temps, retard » (MARCIAL, Vigil. de Ch. VII, sign. 4iii r° ds GDF. Compl. : Si firent aux Francoys sçavoir Que soubz umbre de parlement, L'en taschoit a les decevoir Et tenir par admusement); ca 1490 amusement « id. » (O. DE S. GEL., Eneid., B.N. 861, f° 17a ibid. : Puis s'appliquerent sans autre amusement Sur icelluy Lacoon promptement), attest, isolées; à nouv. ds Ac. 1835 : Il signifie quelquefois, Perte de temps, retardement; 2. 1497 « promesses trompeuses » (O. DE S. GEL., Ep. d'Ov., Ars. 5108, f° 189 r° ibid. : Les doulx attraictz et les amusemens De sa langue tres faulce et mensongere); vieilli (voir Ac. 1835); 3. a) 1580 « ce qui occupe agréablement, sert à passer le temps » (MONTAIGNE, Essais, II, 10 ds Dict. hist. Ac. fr. t. 3 1888, p. 164 : Je ne cherche aux livres qu'à m'y donner du plaisir par un honneste amusement); b) av. 1691 spéc. « liaison d'amour peu sérieuse » (LA BR. 3 ds DG : La seconde [la coquette] a plusieurs amusements tout à la fois).
Dér. de amuser; au sens 1 de amuser étymol. 2, au sens 2 de amuser étymol. 1; au sens 3 a de amuser étymol. 2 et 3; suff. -ment1.
Amusaille, 1960, supra.
STAT. — Fréq. abs. litt. :769. Fréq. rel. litt. :XIXe s. : a) 1 345, b) 825; XXe s. : a) 1 109, b) 1 012.
BBG. — BAILLY (R.) 1969 [1946]. — BAR 1960. — BÉL. 1957. — BÉNAC 1956. — BONNAIRE 1835. — BRUANT 1901. — Canada 1930. — DAIRE 1759. — DARM. Vie 1932, p. 62. — DUP. 1961. — GIR. 1834, p. 11. — GUIZOT 1864. — LAF. 1878. — LAV. Diffic. 1846. — NOTER-LÉC. 1912. — SARDOU 1877. — Synon. 1818.

amusement [amyzmɑ̃] n. m.
ÉTYM. V. 1490; admusement, 1472; de amuser.
1 Vx. Perte de temps, retard.
1 — Ah ! que d'amusement ! Veux-tu parler ?
Molière, le Misanthrope, IV, 4.
2 Le moindre amusement vous peut être fatal.
Molière, Tartuffe, V, 6.
2 Vx. Façon d'amuser, de donner le change, de distraire des choses importantes, sérieuses. Distraction, diversion, duperie, illusion, leurre, tromperie.
3 Heureux qui peut bannir de toutes ses pensées
Les vains amusements de la distraction.
Corneille, l'Imitation de J.-C., I, 21.
4 L'espérance (…) n'est qu'un amusement inutile, qui substitue un fantôme au lieu de la chose (…)
Bossuet, Panégyrique de sainte Thérèse, I.
5 (…) la santé n'est qu'un nom, la vie n'est qu'un songe, la gloire n'est qu'une apparence, les grâces et les plaisirs ne sont qu'un dangereux amusement : tout est vain en nous (…)
Bossuet, Oraison funèbre de Henriette d'Angleterre.
6 (…) les amusements des promesses; l'illusion des amitiés de la terre (…)
Bossuet, Oraison funèbre d'Anne de Gonzague.
Faux-fuyant, prétexte.
7 Mais plus d'amusement et plus d'incertitude :
Il faut vous expliquer nettement là-dessus.
Molière, le Misanthrope, V, 2.
3 (1580). Distraction agréable, divertissement. Amusette, dérivatif, distraction, divertissement, jeu, passe-temps, plaisir, récréation, réjouissance (→ ci-dessous, cit. 8, 9 et 11). || Amusement frivole. Badinage, frivolité. || Les amusements des enfants. || Faire alterner le travail et les amusements. || Les amusements et les fêtes.
Caractère de ce qui divertit, amuse. Agrément, délassement, ébaudissement (vx), récréation. || Faire qqch. par amusement, pour l'amusement de quelqu'un.
8 Laissez aux gens grossiers, aux personnes vulgaires,
Les bas amusements de ces sortes d'affaires.
Molière, les Femmes savantes, I, 1.
9 La première (la femme galante) passe successivement d'un engagement à un autre; la seconde (la coquette) a plusieurs amusements tout à la fois.
La Bruyère, les Caractères, III, 22.
10 Rois ! l'homme n'est pas fait pour votre amusement.
Hugo, la Légende des siècles, LIV, « Vision de Dante ».
11 L'ingénuité de ses amusements (…)
France, le Petit Pierre, 32.
11.1 Alors Tityre institua des jours de fête pour que son peuple pût s'amuser; mais comme les amusements coûtaient cher et qu'aucun d'eux n'avait beaucoup d'argent, pour pouvoir leur en prêter à tous, Tityre commença par en prélever sur chacun.
Gide, le Prométhée mal enchaîné, in Romans, Pl., p. 336.
12 Le sport n'est plus, pour beaucoup, un harmonieux amusement, c'est une besogne harassante, un surmenage pernicieux qui excède les organes et fausse la volonté.
G. Duhamel, Scènes de la vie future, XII, p. 186.
13 Il y a dans un spectacle comme celui du théâtre Balinais quelque chose qui supprime l'amusement, ce côté de jeu artificiel inutile, de jeu d'un soir qui est la caractéristique de notre théâtre à nous.
A. Artaud, le Théâtre et son double, « Sur le théâtre Balinais », Idées, Gallimard, p. 90.
Spécialt. || L'amusement des yeux, de l'oreille, des sens, le plaisir de…
Plaisir amoureux sans investissement affectif. Caprice, plaisir.Par métonymie. || « Je serai ta maîtresse, ton amusement, ton plaisir » (Hugo, in T. L. F.).
CONTR. Corvée, ennui, fatigue, obligation, tourment, travail.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Amusement — is the state of experiencing humorous and usually entertaining events or situations, and is associated with enjoyment, happiness, laughter and pleasure. Amusement may also be experienced through the recollection of events which have given rise to …   Wikipedia

  • amusement — AMUSEMENT. s. m. Ce qui amuse, ou qui sert à amuser. Doux amusement. Amusement innocent. Son luth fait son amusement. C est son amusement. Agréable amusement.Amusement, signifie aussi Tromperie, promesses trompeuses. Tout ce que vous me dites là …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • amusement — Amusement. s. m. v. Ce qui amuse, ou qui sert à amuser. Vain amusement. sot amusement. son chien luy sert d amusement. c est mon amusement. agreable amusement …   Dictionnaire de l'Académie française

  • amusement — (n.) c.1600, diversion of attention, especially in military actions, from Fr. amusement, noun of action from amuser (see AMUSE (Cf. amuse)). And because all bold and irreverent Speeches touching matters of high nature, and all malicious and false …   Etymology dictionary

  • Amusement — A*muse ment, n. [Cf. F. amusement.] 1. Deep thought; muse. [Obs.] [1913 Webster] Here I . . . fell into a strong and deep amusement, revolving in my mind, with great perplexity, the amazing change of our affairs. Fleetwood. [1913 Webster] 2. The… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Amüsement — Amüsement,das:⇨Belustigung(1) Amüsement→Kurzweil …   Das Wörterbuch der Synonyme

  • amusement — [n1] entertaining, making someone laugh action, ball*, beguilement, cheer, delight, diversion, enjoyment, entertainment, field day*, fun, fun and games*, gladdening, gratification, grins*, high time*, hilarity, hoopla*, laughs*, laughter,… …   New thesaurus

  • amusement — index enjoyment (pleasure), treat Burton s Legal Thesaurus. William C. Burton. 2006 …   Law dictionary

  • amusement — diversion, entertainment, recreation (see under AMUSE vb) Analogous words: engrossment, absorption (see corresponding verbs at MONOPOLIZE): play, sport, *fun, jest: disporting, frolicking, rollicking, romping (see PLAY vb): jollity, *mirth… …   New Dictionary of Synonyms

  • amusement — Amusement, neut. acut. Animi occupatio …   Thresor de la langue françoyse

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.